Notre Histoire

Il était une fois… Fil à Elle!


 

D’où vient le nom de la marque?

Fil à elle

 

Le nom Fil à Elle se veut inspiré de toutes les femmes de l’industrie textile et de la mode qui contribuent au développement de nos produits en rappelant le « Fil » est aussi « à Elle ».  Le « Elle » évoque également que la féminité n’a pas d’âge et que nos produits s’adressent autant aux femmes qu’aux filles.

 

Fil à Elle représente le fil conducteur entre plusieurs femmes dans le monde en offrant des produits vendus partout à travers la planète et qui sont conçus et développés au Québec, mais dont la matière première est fabriquée par des femmes provenant de pays où la condition féminine est encore précaire.


 

Notre histoire et mot de la fondatrice 

 

Tout a commencé lors d’un stage au Ministère de la Promotion de la Femme et du Genre du Burkina Faso en 2013.  Envoyée à Ouagadougou par l’Université de Montréal dans le cadre d’un stage en sociologie, je n’avais aucune idée que ce séjour changerait ma vie à tout jamais.  J’étais certes conscientisée par rapport à certains enjeux qui distinguaient ce pays que l’on nomme « pays des hommes intègres », mais j’étais loin de me douter que certains aspects socioculturels viendraient bouleverser bon nombre de mes croyances, notamment en ce qui a trait  à la place des femmes dans le monde.

 

Tout au long de mon séjour, j’ai eu chance de rencontrer des femmes de tête, courageuses et incroyablement déterminées à améliorer la condition féminine dans le pays.  Je pense d’ailleurs à Madame Nestorine SANGARE COMPAORE, importante alliée dans ce projet qui était alors ministre de la promotion de la femme et du genre à l’époque. Cette dernière m’a offert l’opportunité de visiter de nombreux villages et villes afin d’y rencontrer des femmes de toutes les régions du Burkina Faso. Au cours de cette expérience, j’ai constaté qu’une trop grande proportion de femmes subit encore de saillantes injustices et de nombreuses violences tant symboliques, physiques, psychologiques que sexuelles.

 

Sachant pertinemment que l’accès au travail est le principal levier de l’équité entre les hommes et les femmes et qu’à cause du faible taux de scolarité chez les jeunes filles les femmes sont beaucoup moins présentes sur le marché du travail que les hommes, j’étais confrontée à l’évidence qu’une solution alternative serait nécessaire. Je me suis donc donné comme objectif de trouver une idée de projet qui pourrait renforcer les forces et les capacités des femmes burkinabè tout en générant une source de revenus pour celles-ci, et ce, sans que ces emplois nécessitent un haut degré de scolarité. Le but de l’opération serait ainsi de pouvoir créer des sources de rémunération pour les femmes afin que ces dernières puissent acquérir une indépendance financière, important facteur de réduction des iniquités entre les sexes. En gagnant un salaire par elles-mêmes, les femmes pourraient ainsi avoir une plus grande liberté de choix en plus d’avoir accès à certains soins de santé et la possibilité d’envoyer leurs propres enfants à l’école et de briser le cycle du problème de déscolarisation. C’est ainsi que le projet Fil à Elle a commencé à germer dans mon esprit.

 

Considérant que la majorité des filles et des femmes burkinabè savent tisser le coton et que le textile local, le Faso Dan Fani, est un tissu prisé dans l’univers du vêtement, j’ai décidé de mettre sur pied une entreprise qui pourrait joindre ma passion pour la mode et les articles de décoration et mon désir de contribuer positivement à la condition féminine au Burkina Faso et, à plus long terme, dans le monde.

 

Le projet Fil à Elle consiste donc à créer une demande en matière de tissus en vendant des articles de mode et de décoration créés au Québec, mais dont la matière première est conçue à la main au Burkina Faso par des femmes qui désirent se lancer en entrepreneuriat via un procédé de microcrédit. Le principal but de cette approche est également d’encourager le développement économique local en achetant directement aux productrices à un prix juste et équitable. Fil à Elle se veut être une cliente pour ces organisations et non un employeur, ce qui permet aux associations locales de se développer dans le respect des normes et coutumes du pays.

 

En plus du caractère social et féministe de l’entreprise, un heureux hasard m’a permis de développer une collaboration avec Geo-Sheard, une entreprise de Coaticook qui se spécialise dans la production de tissus fabriqués à partir de fibres synthétiques recyclables. Ces fibres biodégradables sont elles-mêmes développées grâce à un procédé de transformation de bouteilles de plastique recyclées. Dans une optique environnementaliste et écoresponsable, nous récupérons les tissus non utilisés par la manufacture afin de produire les articles Fil à Elle comme la majorité des rideaux et l’intérieur de plusieurs sacs à main, par exemple. Ces textiles écolos sont donc recyclés deux fois puisque nous leur donnons une deuxième vie afin d’en faire des articles fashion respectueux de l’environnement.

 

À la lumière de ces éléments, Fil à Elle se veut donc une entreprise mode éthique qui représente le fil conducteur entre plusieurs femmes dans le monde en offrant des produits conçus et fabriqués au Québec et dont la matière première est porteuse d’une mission humanitaire, féministe et environnementaliste.


Slogan 

 

« La mode au service de l’humanité…»

 

Notre slogan traduit la volonté d’encourager l’entrepreneuriat féminin partout dans le monde, et ce, tout en honorant des normes respectueuses de l’environnement.

 

 

Mission 

 

Fil à Elle est une entreprise mode éthique qui représente le fil conducteur entre plusieurs femmes dans le monde en offrant des produits conçus et fabriqués au Québec, dont la matière première est porteuse d’une mission humanitaire, féministe et environnementaliste.


Valeurs 

Humanité

 

Intégrité

 

Qualité

 

Beauté

 

Respect de l’environnement

 

Et l’Histoire continue..!